fbpx

Numéro 31

Fondateur : Big Penguin

Directrice : Anna Rat

14 décembre 2020

Pingouinterview : Hugo Mairelle

« Les humains ont certainement peur des animaux parce que beaucoup d'entre eux ont perdu leurs racines. »

Cette semaine, Hugo Mairelle, a été invité par Big Penguin à répondre à ses questions dans un Pingouinterview exclusif !

Hugo Mairelle est un illustrateur graphiste et artiste plasticien basé actuellement en Alsace. Dans son dernier projet artistique, le projet Être(s), réalisé dans les Vosges avec le photographe Vincent Muller, il replace l’humain dans la nature.

Les chouettes de Big Penguin t’ont observé ramasser des éléments de la nature dans la forêt et leur redonner vie sous une autre forme. Est-ce cela, être un artiste plasticien ?

Hugo Mairelle : Cette pratique existe depuis un moment et précède de loin la terminologie d’artiste ou de plasticien. Les fresques pariétales de la grotte Chauvet ont autour de 35 000 ans ! Ces ” artistes plasticiens ” de la préhistoire utilisaient une grande diversité de techniques tels que la peinture soufflée, la sculpture et la gravure à partir d’éléments naturels issus du minéral et du végétal. Les peuples autochtones contemporains ont conservé cette relation au vivant et à ce qui les entoure au travers d’un mode de vie “zéro déchet” et ont chacun leur propre rapport au monde et leur spiritualité. Ainsi l’acte de “re-création” (on apprend en jouant ! ) a permis à l’humanité de se connecter au monde qui l’entoure et de trouver des réponses à ses questions existentielles.  Que ce soit hier ou aujourd’hui, aux quatre coins du monde, on a tous cette capacité à créer, à développer un savoir-faire manuel et à l’exprimer avec ce qui nous entoure !

Dans ton dernier projet, tu utilises des éléments de la nature pour créer des masques. Pourquoi le masque ? Est-ce que, comme le suggère Big Penguin, les humains ont peur des animaux et ont besoin de se cacher ?

Le masque est un objet qui me fascine depuis tout petit, il suffit de mettre deux yeux sur n’importe quel objet pour que la magie opère ! Le masque semble connecter l’homme au monde qui l’entoure, une passerelle du sensible au spirituel, un objet multiple qui incarne les relations entre humains et non-humains, entre la vie et la mort aussi. Dans le projet Être(s) le masque est davantage un révélateur, il masque un visage d’un être humain pour mieux représenter une dimension plurielle du vivant, des êtres. Les humains ont certainement peur des animaux parce-que beaucoup d’entre eux ont perdu leurs racines. On a bien souvent peur de ce que l’on ne connait pas, et à l’inverse ont préserve plus facilement ce que l’on connait !

La relation Homme-Nature est au cœur de ton projet. Big Penguin pense qu’il n’est plus possible de trouver un terrain d’entente entre les animaux et les humains. Quel est ton avis ?

Nous avons créé des concepts et des mots qui nous éloignent de ce que nous sommes, c’est à dire la nature elle-même. Le terrain d’entente que tu évoques existe toujours chez certains peuples qui vivent en relation étroite avec leur environnement depuis plusieurs milliers d’années, je pense aux Bushmens, aux Papous, aux Inuits, aux Indiens d’Amérique. Malheureusement ces peuples sont encore et toujours persécutés parce qu’ils ne rentrent pas dans le moule de nos sociétés du “progrès”. Pourtant je reste convaincu que ces peuples sont une porte de sortie et une grande source d’inspiration vers une réconciliation entre l’humanité et l’environnement qui l’entoure, dont elle dépend et dont elle partage l’origine. Notre économie basée sur l’exploitation et la destruction de “l’économie du vivant” ne peut plus durer, alors décloisonnons ces concepts et participons à la création d’un monde basé sur la diversité et la relation au vivant comme le font ces peuples !

Big Penguin t’a observé travailler et aimerait bien te voir désormais à l’œuvre sur la banquise. Comment imaginerais-tu ton projet si demain on te proposait de partir en Antarctique ?

Je te préviens Big Penguin, je suis assez frileux ! Mais nous pourrions partir à vélo et en bateau ce serait un long mais fantastique voyage rempli de rencontres et de partages !  Une fois arrivé en Antarctique nous pourrions créer ensemble des masques qui s’inspirent de tous ces souvenirs, et bien entendu ils resteraient sur place ou plutôt, sur glace !

POLITIQUE : Sondage

Big Penguin estime que parmi vos produits de première nécessité, il y a : son blog, les produits vendus dans sa boutique, les sushis et de façon générale les poissons et les crevettes. Êtes-vous d’accord ?

Big Penguin sait ce qui est bon pour moi
100%
Tout à fait d'accord !
0%

Participe aux sondages sur le groupe Facebook du parti du pingouin ou en t’abonnant au compte Instagram @defensedetaguer !

Les chouettes entrent au service de Big Penguin

Pendant le dernier confinement, Big Penguin a mis en place un système de surveillance des humains efficace 24h/24. Lire la suite…

J'aime, je partage !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives du journal

Défense de taguer est un site gratuit.
Si tu apprécies le projet de Big Penguin
et souhaiterais qu’il continue à vivre
et se développer, tu peux apporter
ton soutien en effectuant un don.
Selon le principe du “chapeau ouvert”
tu es libre d’en fixer le montant de ton choix.

Suis en direct​

la campagne politique du pingouin !​

Abonne-toi et tu recevras
en retour les 10 commandements
de Big Penguin.

Tant que Big Penguin n’est pas élu, il est tenu lui aussi de respecter les réglementations européennes en termes de protection des données. Consulte la politique de confidentialité ici.