Club de lecture

///////

Corpus Delicti, Juli Zeh

La dictature de la santé ! Voici le sujet que Juli Zeh, juriste et auteur de fiction allemande, attaque avec une perfection à en donner des frissons dans Corpus Delicti !

Elle s’est projetée dans un système  aux mécanismes convaincant, imaginant un univers, bien avant l’arrivée de confinements, d’applications type STOP Covid et de pass sanitaires.  Ce sujet ne peut être plus d’actualité aujourd’hui, alors que certains redoutent les conséquences politiques, juridiques et sociétales durables qu’aura provoqué l’arrivée d’un simple virus parmi les humains. 

Tandis que je n’ai de cesse que de m’inquiéter de la façon dont Big Penguin menace de transformer notre démocratie en dictature afin de préserver la biodiversité et restaurer le climat, ici c’est la préservation de la santé qui sert de cheval de Troie. Je retrouve dans Corpus Delicti, la transformation malsaine d’un système judiciaire autoritaire. En reprenant la formule de la cour constitutionnelle fédérale allemande, « Au nom du peuple » pour en faire « Au nom de la méthode », elle place (non sans ironie) la procédure judiciaire devant les droits de l’Homme.

Pourquoi en arriver là ?

J'aime, je partage !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Il faut forcer chaque individu à mener une vie saine. Dès lors, le plus abominable « crime » qui puisse être commis est le suicide, car non seulement il ne peut être réparé, mais il ne peut être sanctionné et atteint donc les limites du régime autoritaire en place. Ainsi, on suit dans ce roman la protagoniste de l’histoire, repérée par les autorités pour ne pas avoir pris soin de sa santé selon les standards posés par le régime et le droit, et qui doit répondre de ses torts devant la justice.

Au fil des pages, l’auteur dévoile les mécanismes insidieux de ce système autoritaire, où le désir de protéger les humains et la recherche d’une justice parfaite dans sa forme, ôte toute possibilité de penser par soi-même. Ainsi on ne peut que se révolter contre l’injustice d’une justice trop parfaite et s’émerveiller de l’absurdité de cette situation.

Très bien ficelé, on reconnaît-là bien la patte d’une juriste dans la rédaction de ce thriller dystopique et on pourrait même y lire une certaine autodérision dans la façon de pervertir l’amour pour la rigueur méthodologique chez les juristes allemands.

Un plaisir à lire (que vous soyez juriste ou non, c’est accessible à tout amateur d’un bon thriller).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet épisode a été écrit par

Professeur Poulpi

D'autres épisodes écrits
par professeur Poulpi

Act big,
follow Big
Penguin !

big penguin
tweets again...

professeur poulpi
strikes back...

Défense de taguer est un site gratuit.
Si tu apprécies le projet de Big Penguin
et souhaiterais qu’il continue à vivre
et se développer, tu peux apporter
ton soutien en effectuant un don.
Selon le principe du “chapeau ouvert”
tu es libre d’en fixer le montant de ton choix.

Suis en direct

la campagne politique
du pingouin !

Abonne-toi et tu recevras
en retour les 10 commandements
de Big Penguin.

Tant que Big Penguin n’est pas élu, il est tenu lui aussi de respecter les réglementations européennes en termes de protection des données. Consulte la politique de confidentialité ici.