Club de lecture

///////

Pantagruel, François Rabelais

J’avais envie de partager aujourd’hui François Rabelais qui écrivit, le récit de deux géants, Gargantua et Pantagruel. J’en discutais justement l’autre soir avec mon collègue et ami Newton.

En voilà un extrait où Panurge, le compagnon de Pantagruel, vient d’acheter au prix fort un mouton à un marchand moqueur et querelleur :

« Soudain, (…), Panurge, sans dire autre chose, jette en pleine mer son mouton criant et bêlant. Tous les autres moutons, criant et bêlant avec la même intonation, commencèrent à se jeter et sauter en mer à sa suite, à la file. C’était à qui sauterait le premier après leur compagnon. Il n’était pas possible de les en empêcher, comme vous connaissez le naturel du mouton, qui est de toujours suivre le premier, en quelque endroit qu’il aille. »

Aujourd’hui encore, un « mouton de Panurge » est une personne qui imite, obéit, suit sans se poser de questions, qui est servile et docile, qui a, comme aurait dit Rabelais, une « âme moutonnière ».

Deux remarques me viennent à l’esprit.

J'aime, je partage !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

La première : nombreux sont les politiques qui cultivent ce fameux « comportement moutonnier ».

La seconde : une mise en garde. Comme l’évoque Rabelais dans la suite de l’extrait, il est très difficile de stopper un troupeau en pleine course :

« Le marchand, tout effrayé de ce que devant ses yeux il voyait périr et noyer ses moutons, s’efforçait de les en empêcher et de les retenir autant qu’il le pouvait. Mais c’était en vain. Tous à la file sautaient dans la mer, et périssaient. Finalement, il en prit un grand et fort par la toison sur le tillac du navire, pensant ainsi le retenir et conséquemment sauver le reste aussi. Le mouton fut si puissant qu’il emporta dans la mer avec lui le marchand qui se noya (…). Les autres bergers et gardiens en firent autant, les prenant les uns par les cornes, les autres par les pattes, les derniers par la toison. Tous furent pareillement emportés et noyés misérablement en mer. » 

Venez lire l’épisode 4 de la saison 2 du blog où je développe ces réflexions !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet épisode a été écrit par

Professeur Poulpi

D'autres épisodes écrits
par professeur Poulpi

Act big,
follow Big
Penguin !

big penguin
tweets again...

professeur poulpi
strikes back...

Défense de taguer est un site gratuit.
Si tu apprécies le projet de Big Penguin
et souhaiterais qu’il continue à vivre
et se développer, tu peux apporter
ton soutien en effectuant un don.
Selon le principe du “chapeau ouvert”
tu es libre d’en fixer le montant de ton choix.

Suis en direct

la campagne politique
du pingouin !

Abonne-toi et tu recevras
en retour les 10 commandements
de Big Penguin.

Tant que Big Penguin n’est pas élu, il est tenu lui aussi de respecter les réglementations européennes en termes de protection des données. Consulte la politique de confidentialité ici.