fbpx

Saison 1 | Épisode 20

///////

Chronique d’un Poulpe Confiné 2/3 : Cours à distance

Professeur Poulpi en Visioconférence pendant le confinement

Troisième semaine de confinement en France. Alors que je laissais libre cours dans mon billet précédent à ma joie de savourer calme et tranquillité, loin des sollicitations administratives, sociales et professionnelles qui entravent au normal notre quotidien, je n’évoquai pas les difficultés de ce grand chamboulement dans nos habitudes. En effet, en tant que Professeur, je me suis retrouvé contraint, du jour au lendemain, de transformer mon programme d’enseignement, en formation à distance. Bien que cela soit moins compliqué — il me semble —pour un professeur d’université qu’un instituteur en cours préparatoire, nous avons tous été confrontés aux mêmes écueils logistiques et surtout, informatiques.

Mais voilà trois semaines maintenant que nous sommes confinés : on s’adapte et ce qui était exceptionnel devient maintenant la normalité. Une nouvelle forme de routine professionnelle s’installe : charger les cours magistraux en visio-conférence sur la plateforme en ligne ENT (Environnement Numérique de Travail), transmettre les fiches de Travaux Dirigés (TD) et les consignes à mes chargés de TD, communiquer par e-mail ou appels en ligne à mes doctorants.

Pourtant, aujourd’hui, ce premier avril, le nouvel ordre des choses fut brisé. Je consacrais aujourd’hui une partie de mon cours en ligne aux étudiants de licence 1 à la gestion des élections municipales par le gouvernement français en temps de crise sanitaire. Le maintien du premier tour des élections municipales a entraîné un débat constitutionnel sur des questions jusque-là inédites dans la Vème république.

J'aime, je partage !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Critiquables par leur ambiguïté, les consignes du gouvernement que certains résumèrent habilement par « restez chez vous, allez voter » créaient un déficit démocratique. Quelle était la consigne à suivre en priorité ? De plus, les citoyens les plus à même de subir des conséquences graves sur leur santé en cas de contamination devaient ainsi se demander ce qui était plus important : leurs droits politiques, ou leur santé, voir pire encore, leur vie. Ainsi, on a aussi constaté un taux de participation très faible dans plusieurs municipalités. Certains maires se trouvèrent élus avec 35% de voix. Si on prend la constitution à la lettre, cette élection est valide dans la mesure où aucun quorum, seuil minimum de votants, n’est exigé.

Mais, en de telles circonstances, quelle est la légitimité démocratique de cette élection ?

 

En outre, cette situation mettait en balance des considérations d’ordre général. Les mesures de confinement prises par le gouvernement deux jours plus tard plaçaient les libertés individuelles après l’intérêt collectif et solidaire de limiter la propagation du virus. En maintenant coûte que coûte le premier tour des élections, on choisissait d’ignorer le taux de propagation très élevé du virus. Sans grande surprise, quelques semaines plus tard, on découvrit que les précautions prises dans certains bureaux de vote pour éviter la contamination avaient été insuffisantes. Ne valait-il pas mieux alors reporter l’intégralité de le l’élection ?

Ces incohérences sont d’avantage renforcées par le report du second tour, dans certaines communes, dont la capitale. La constitution ne prévoit en effet pas ce cas de figure. Cependant, même sans l’instruction d’un texte juridique, la régularité démocratique de ce processus semble douteuse. C’est une façon de mettre plusieurs candidats politiques hors course, tandis que la campagne continue pendant plusieurs mois, pour les favoris. Or, durant ce laps de temps, beaucoup d’évènements interviennent dans la vie politique, même confinée, d’un citoyen. Il n’est donc pas surprenant que plusieurs spécialistes se soient prononcés en faveur d’une annulation complète. Ainsi, aurait-on risqué la santé des citoyens… pour rien ?

Alors que j’exposais de la sorte, toutes les problématiques posées par ce cas pratique à mes étudiants, afin de leur expliquer jusqu’où aurait pu aller leur réflexion dans la rédaction de leur dernier devoir, mon écran a subitement grésillé, et après quelques flashs multicolores, est apparu le visage de Big Penguin.

« Chers compatriotes,

en ces temps de confinement, redoublez de vigilance. L’État, en vous contraignant à l’isolement, vise à saper à sa base toute tentative de rébellion. Par l’enseignement à distance, il vous endoctrine, vous formate, pour que vous soyez plus dociles que jamais. Vous ne pouvez plus partager vos idées, vous ne pouvez plus vous consulter, vous ne pouvez plus vous rassembler, votre capacité à vous révolter en groupe est réduite à néant. Seuls chez vous, vous êtes asservis à la puissance étatique, prêts à absorber tout ce qui provient de l’extérieur de votre prison. Ne soyez pas dupes…

Grzzzzzzsseezzzzszzzsezz….

…n’oubliez pas, le 1er avril c’est mon anniversaire ! Pensez à… »

La vidéo fut heureusement rapidement coupée et la fin de son discours avec. Mais le mal avait déjà été fait. Big Penguin avait pénétré notre système, et pire encore, il avait planté des graines dans les esprits de mes étudiants. Mon cours était fichu. Sans avoir besoin de les avoir sous mes yeux, je savais que mes élèves ne prêteraient plus aucune attention à ce que j’allais dire.

Alors plutôt que d’insister, je leur ai demandé de réfléchir à la façon dont Big Penguin aurait géré la crise sanitaire du Covid-19 s’il avait été au pouvoir. Je leur partagerai mon avis sur la question la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet épisode a été écrit par

Professeur Poulpi

D'autres épisode écrits
par professeur Poulpi

Act big,
follow Big
Penguin !

big penguin
tweets again...

professeur poulpi
strikes back...

Story makes History

Something is wrong.
Instagram token error.

Big Penguin
hacks Facebook

Défense de taguer est un site gratuit.
Si tu apprécies le projet de Big Penguin
et souhaiterais qu’il continue à vivre
et se développer, tu peux apporter
ton soutien en effectuant un don.
Selon le principe du “chapeau ouvert”
tu es libre d’en fixer le montant de ton choix.

Suis en direct

la campagne politique
du pingouin !

Abonne-toi et tu recevras
en retour les 10 commandements
de Big Penguin.

Tant que Big Penguin n’est pas élu, il est tenu lui aussi de respecter les réglementations européennes en termes de protection des données. Consulte la politique de confidentialité ici.