fbpx

Saison 1 | Épisode 21

///////

Chronique d’un Poulpe Confiné 3/3 : la santé, un prétexte pour des dérives autoritaires ?

La semaine dernière, Big Penguin avait piraté le serveur de l’université, saboté mon cours et s’était adressé directement à mes étudiants, tout cela dans le but de semer dans leurs jeunes esprits crédules les graines de la révolte. Ou alors cette machination incongrue n’avait pour seule visée que de célébrer son anniversaire et recevoir des dons supplémentaires. La vidéo a été, bien heureusement, coupée trop tôt pour en avoir le cœur net.

Néanmoins, en réponse à ce manège intrusif, j’ai décidé de faire réfléchir mes étudiants sur les pratiques fallacieuses et intentions perfides de ce candidat.

Comment Big Penguin aurait-il géré la crise sanitaire du Covid-19 s’il avait été au pouvoir ?

 

Pour qu’ils enrichissent leur argumentation, je les ai invités à consulter mon avis détaillé sur son projet d’Eco-délateur, ainsi que la dernière publication de son carnet de campagne. Dans celle-ci, Big Penguin émet directement des critiques à l’encontre des actions du gouvernement, dont les mesures ne sont, selon lui, pas assez fermes et précises.

En France, à l’instar de ses voisins italiens, espagnols, allemands et britanniques, le nombre des contaminés augmente et les morts s’alignent. Les critiques envers le gouvernement, elles aussi se succèdent, qu’elles proviennent des premiers concernés, les citoyens, ou des acteurs politiques nationaux voir même étrangers. On se trouve dans un cas de figure de crise exceptionnelle, et pourtant, les spécialistes sont incroyablement nombreux.  À croire qu’ils se soient multipliés en même proportion que le virus. Que l’on soit qualifié ou non, que l’on soit bien informé ou non, tout un chacun a une opinion ou doit en posséder une.

Nombreux sont ceux qui ont retourné leur veste entre début février et mi-mars où l’on doit bien se rendre à l’évidence qu’il ne s’agit pas d’une simple « gripette ». Le revirement le plus spectaculaire aujourd’hui, est celui de la Chine qui propose ses services et son expertise aux Etats les plus touchés par la pandémie. Scientifiques et experts proches du parti effacent les erreurs du gouvernement, blanchissent les mesures prises, répandent la rumeur que les militaires américains seraient à l’origine de la propagation du virus, et ainsi, avec des doses de propagande bien placées, on oublierait presque que c’est bien la Chine qui est à l’origine de la pandémie.

Big Penguin lui aussi, en tant que candidat politique et fervent défenseur du modèle autoritaire, est intervenu pour formuler son avis. Il a notamment affirmé, que lui, aurait su traiter la crise de façon bien plus efficace et, je présume, arbitraire.

J'aime, je partage !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Pour répondre à la question qui leur avait été posée, les étudiants auraient pu tout simplement observer les réactions des Etats autoritaires comme par exemple la Chine, la Russie ou l’Inde, face à la crise : fermeture immédiate des frontières, confinement absolu, sanctions pécuniaires voir physiques en cas de non-respect (des coups de bâtons ou des peines d’emprisonnement sont de rigueur dans certains pays), militarisation, surveillance et écartement total des libertés individuelles, propagande…

Ainsi, Big Penguin aurait peut-être confiné la population de suite, par la force, sans prendre aucune considération pour la dignité humaine des personnes, robustes ou vulnérables, malades ou non. Avec le déploiement de l’armée, un système de surveillance qui s’infiltrerait jusque dans nos propres salons et une police efficace, mettre en quarantaine des villes de millions d’habitants devient un jeu d’enfant. L’Etat policier permet de tracer chaque individu sortant de chez lui.

Peut-être que l’application « Eco-délateur » de Big Penguin, dispositif de surveillance écologique moderne de tous les humains, aurait pu être détourné pour mieux contrôler la population. Les drones employés au service de l’Etat pour sermonner les français encore présents dans les rues, auraient été attachés à un mécanisme de reconnaissance faciale. Automatiquement, des points seraient alors retirés du score général de comportement civique et écologique, entraînant les conséquences légales prévues.

De plus, la peur et l’autorité forcent au respect et la dénonciation, aurait été encouragée. On serait surpris de voir à quelle vitesse dans un pays comme la France — où pourtant la délation est jugée méprisable et honteuse en mémoire à la période d’occupation de l’Allemagne Nazie — très rapidement, des humains ennuyés chez eux s’en donneraient à cœur joie de guetter à la fenêtre tous ceux qui semblent ne pas respecter la règle pour les signaler. Aujourd’hui même, sans que le gouvernement incite ces comportements, ils ont déjà pu être observés. Imaginez un instant ce qu’il se passerait si un chef d’Etat comme Big penguin recourait à ces pratiques. 

En plus de la crainte d’être dénoncé, la patrouille des forces de l’ordre dans les rues, la surveillance à domicile à travers les appareils électroniques, à chaque coin de rue on aurait aperçu une affiche avec les consignes à suivre en lettres rouges :

Instaurer un climat de peur aurait été dans l’intérêt de Big Penguin pour asseoir son autorité. Lui seul fut alors capable d’aider les humains face à la menace invisible du virus ! Avec une telle figure politique aux rênes du pays, il n’aurait pas été aussi aisé d’observer tant de personnes réaliser leur footing avec zèle après la mise en œuvre des mesures de confinement !

« Confinement total »

 

Cela n’aurait pas laissé l’ombre d’un doute. On serait allé jusqu’à livrer la nourriture à la porte à l’ensemble de la population. Un moyen aussi de contrôler ce que vous mangez. Il n’aurait pas fallu s’étonner si le régime alimentaire avait été appauvri pour affaiblir l’espèce humaine. Un moyen insidieux de résoudre quelques soucis écologiques et préparer le terrain pour le fameux « Grand nettoyage ».

La forme autoritaire du régime mis en place par Big Penguin lui aurait conféré la possibilité de réagir rapidement et de façon drastique. Pas besoin de s’encombrer d’un processus décisionnel long impliquant la consultation de nombreux acteurs, comme c’est le cas dans une démocratie. Au niveau des libertés individuelles, il aurait aussi été moins « gêné », puisque les règles du jeu sont plus simples : le collectif et la stabilité du régime priment avant tout. Une route que Big Penguin aurait empruntée d’emblée sans l’ombre d’un doute.

Ensuite, la propagande aurait fait le reste. Suivant la stratégie que le gouvernement chinois poursuit actuellement, il aurait fait oublier les défauts de son système, pour mettre en avant l’efficacité (non prouvée) de ses mesures. Peut-être même aurait-il créé à cette occasion – si ce n’était déjà fait – un département chargé exclusivement de « corriger les erreurs de la presse », ou dit de façon plus crue et sincère, « de réécrire le passé et effacer les mémoires ».

D’un côté, il apparaîtrait ainsi comme un chef d’Etat compétant et fiable auprès de ses sujets, réduisant tout désir de renouvellement politique ou de révolte. De l’autre côté, il ferait apporter des conseils et de l’aide aux autres Etats dans le besoin, prenant ainsi soin de redorer son blason auprès de ses partenaires commerciaux et de séduire les populations étrangères. 

Ce qu’il ne faut pas oublier, lorsqu’un dictateur vient sonner à votre porte pour vous vendre les mérites de son mode de gouvernance, qui contre toute apparence, n’est pas sans failles, ce sont quels droits et libertés on y sacrifierait.

J’aurais aimé que tous mes étudiants arrivent d’eux-mêmes à cette dernière observation. Bien malheureusement, je constate que la plupart d’entre eux sont encore trop naïfs et se fient aux apparences. Ce sont des moutons au comportement inversé : au lieu de fuir en troupeau celui qui aboie le plus fort, ils accourent en masse vers lui.

L’un d’eux m’a cependant surpris par sa remarque. Il était d’avis que Big Penguin n’aurait pas du tout réagit de la sorte. Du moins pas tout de suite. À la place, il n’aurait strictement rien fait. Il aurait organisé les deux tours d’élection et permis à tous les humains de se rassembler et circuler librement.

Cet élève fonde son idée sur une rumeur qui se répand : ce ne seraient pas les américains ni le contact d’un pangolin avec les humains sur le marché de Wuhan qui auraient été responsables de la propagation du virus.

Les Pingouins se cacheraient véritablement derrière cette pandémie… Car qui, finalement, bénéficie réellement du ralentissement de l’activité humaine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet épisode a été écrit par

Professeur Poulpi

D'autres épisode écrits
par professeur Poulpi

Act big,
follow Big
Penguin !

big penguin
tweets again...

professeur poulpi
strikes back...

Story makes History

Something is wrong.
Instagram token error.

Big Penguin
hacks Facebook

Défense de taguer est un site gratuit.
Si tu apprécies le projet de Big Penguin
et souhaiterais qu’il continue à vivre
et se développer, tu peux apporter
ton soutien en effectuant un don.
Selon le principe du “chapeau ouvert”
tu es libre d’en fixer le montant de ton choix.

Suis en direct

la campagne politique
du pingouin !

Abonne-toi et tu recevras
en retour les 10 commandements
de Big Penguin.

Tant que Big Penguin n’est pas élu, il est tenu lui aussi de respecter les réglementations européennes en termes de protection des données. Consulte la politique de confidentialité ici.